« Compter sur l’inépuisable du monde » – Rencontre et Atelier de lectures avec l’écrivaine Anne Savelli – 22 mars 2017

Le 22 mars 2017, dans le cadre de notre journée d’études « La ville saturée et ses textes », nous aurons le plaisir d’accueillir à 14h30 l’écrivaine Anne Savelli, avec laquelle nous vous proposerons une rencontre et un atelier de lectures et de réflexions autour de la ville comme espace de la saturation.

Une sélection de textes vous sera distribuée en vue d’une discussion collective.

Anne Savelli. Photographie de Stefan Schopferer.

Née en 1967, Anne Savelli publie son premier texte en 2007, Fenêtres/Open space (Les Mots et le reste), journal d’un trajet de métro aérien, tentative d’inventaire et de classement du réel urbain. Entreprises poétiques d’observation et de saisie du monde, ses textes font de la ville – notamment Paris et Marseille- des espaces de captation, voire de projection de l’intime. Paru en 2010, Franck (éd. Stock) est ainsi le récit, tout en retenue, d’une histoire partagée entre un jeune homme et la narratrice, à travers une errance de lieu en lieu (villes, trains, squats et appartements). Elle en propose un prolongement numérique avec Thierry Beinstingel, Autour de Franck (publie.net, 2011). Elle explore la même année dans Des Oloé : espaces élastiques où lire où écrire (D-Fiction) le revers de la saturation en cherchant des lieux où il soit possible de lire ou d’écrire. Décor Lafayette (Inculte, 2013) inaugure le projet d’un triptyque sur la notion de « décor » urbain par une véritable flânerie depuis le XIXème arrondissement parisien jusqu’aux Grands Magasins. Le deuxième volet, Décor Daguerre (Éditions de l’Attente, mars 2017) est à paraître au lendemain de notre journée d’études. Il s’agira une fois encore d’y suivre les pas d’ « une femme qui crée et se déplace ». Anne Savelli tient également un blog et fait partie du collectif L’aiR Nu, radio littéraire numérique.

L’entrée est ouverte à tous dans la limite des places disponibles.

Adresse : Salle F104 (Bâtiment « D2 » Formation), à l‘ENS de Lyon (Site Descartes : 15, parvis René Descartes, 69007 Lyon).

En partenariat avec :

Troisième réunion – Toulouse, juin 2016

La prochaine réunion du groupe de travail de SpatiaLittés aura lieu à Toulouse le 23 juin 2016 de 14h à 17h. Nous vous proposons d’y discuter de l’articulation entre les arts et l’aménagement urbain. Les discussions seront organisées autour de trois interventions :

  • Mathilde Roussigné, « La résidence d’écrivain comme ressource territoriale »
  • Samuel Harvet, « A propos de Décrire la ville. La construction des savoirs urbains dans l’interaction et dans le texte de Lorenza Mondada » (recension d’ouvrage)
  • Théo Soula, « Les flâneurs et l’aménagement de l’espace urbain : marcher en ville » (présentation d’un travail en cours)

Vous trouverez plus d’informations sur le programme de la séance : SpatiaLittes_juin16_programme

Au plaisir de vous y retrouver,

Les membres de SpatiaLittés

Compte-rendu 1ère réunion à l’ENS de Lyon — Février 2016

 

Voici le compte-rendu de la première séance du groupe de travail du 19 février 2016, à l’ENS de Lyon. Nous avons pu profiter de trois interventions passionnantes autour de Eric Chauvier, de l’écriture du carnet de terrain en géographie, et des rapports entre littérature et politiques de la ville. Vous trouverez aussi dans ce document une synthèse des discussions qui ont suivi ces interventions.

Nous en profitons pour vous rappeler que le prochain groupe de travail de SpatiaLittés portera sur Les écritures de l’espace à la croisée des genres – confusion, hybridation, frontières. 

Il aura lieu le 29 avril à Paris, de 14h à 17h.

Merci de nous contacter sur ce site si vous souhaitez y participer.

Bien cordialement,

L’équipe de SpatiaLittés

CR_GT 1 SpatiaLittés_19 février_Lyon

Première réunion – groupe de travail SpatiaLittés

Bonjour,

Nous sommes très heureux de vous inviter à la première réunion de travail du Laboratoire Junior de l’ENS de Lyon « SpatiaLittés » qui se déroulera en salle R230 (au 2e étage du bâtiment recherche) le 19 février 2016  de 14h à 17h. Ce laboratoire junior, piloté par trois doctorants en lettres et deux doctorants en géographie, a pour objectif de proposer une réflexion épistémologique et méthodologique sur les questions de littérature, d’espace, d’écriture et de terrain et d’ouvrir un dialogue interdisciplinaire entre études littéraires et sciences humaines et sociales.

Notre première réunion vise à faire connaître le laboratoire junior et est ouverte à tout masterant, doctorant ou jeune chercheur en sciences humaines et sociales. Il s’agira, à travers un cycle de réunions et de journées d’études, de dialoguer, de débattre et de confronter les savoirs et les méthodologies qui constituent les bases de notre recherche scientifique en littérature, géographie, et autres SHS.

Trois courtes présentations des membres fondateurs du laboratoire viendront rythmer les débats de cette première réunion :

Franck Ollivon, « Le géographe face à son carnet de terrain. Premiers éléments d’une réflexion sur l’écriture de terrain en SHS »

Mathilde Roussigne, « Instrumentalisation, valorisation ? Comment penser les relations entre la littérature et les politiques de la ville ? Le cas du dispositif Écrivains-en-Seine-Saint-Denis »

Théo Soula, « Éric Chauvier, Les Mots sans les choses : réflexions autour d’une aliénation contemporaine »

La participation est libre et gratuite sous réserve d’inscription au lien suivant : https://framadate.org/LHLcrAZVTQjq9Peq

Si vous n’êtes pas disponibles le 19 février mais que vous souhaitez suivre notre laboratoire junior, n’hésitez pas à nous écrire afin que nous vous ajoutions à notre mailing list.

En espérant vous retrouver nombreux le 19 février,

———-

Silvia Flaminio, doctorante en géographie

Samuel Harvet, doctorant en lettres

Franck Ollivon, doctorant en géographie

Mathilde Roussigne, doctorante en lettres

Théo Soula, doctorant en lettres

SpatiaLittés

L’objet du carnet SpatiaLittés est de rassembler et de diffuser les recherches du Laboratoire junior SpatiaLittés de l’ENS de Lyon, qui propose une réflexion épistémologique sur la relation entre écriture et espace, dans une perspective pluridisciplinaire associant des jeunes chercheurs et chercheuses en sciences sociales et en littérature. L’espace, en tant qu’il est vécu, perçu, écrit et approprié, constitue un prisme à partir duquel se construit pour chacun l’expérience sociale, et au nom duquel se déploient les pratiques individuelles et collectives. Le carnet sera la trace vivante des recherches entreprises sur les rapports thématiques et épistémologiques entre texte et espace, littérature et géographie, cela dans trois directions principales:

– questionner les méthodes d’appréhension de l’espace à travers le texte comme la textométrie ;

– envisager comment les pratiques de terrain affectent l’écriture littéraire, remettant en cause certains partages génériques tel que celui entre fiction et littérature documentaire ;

– poursuivre une réflexion épistémologique sur les modalités heuristiques du dialogue interdisciplinaire, en envisageant les conditions des transferts d’outils et d’approches de la géographie aux études littéraires (et inversement).

Comment des notions telles que le suburbain ou la spatialité peuvent-elles être employées avec bénéfice par le chercheur littéraire ? Comment le chercheur en sciences sociales peut-il faire un usage plus lucide de l’écriture dans ses cahiers de terrain ?