Journée d’études (18 octobre 2017)

Crédits photographiques : Philippe Bazin, http://www.philippebazin.fr/ Affiche : SpatiaLittés, 2017.

 

Notre troisième journée d’études, intitulée « Écrire le territoire : visibilité, valorisation, marchandisation », aura lieu à Lyon, à l‘ENS de Lyon (Site Descartes : 15, parvis René Descartes, 69007 Lyon), le 18 octobre 2017.

Elle se déroulera de 8h40 à 18h00 dans le Bâtiment « D2 » Formation. La matinée nous serons dans l’Amphithéâtre Descartes, et l’après-midi (à partir de 14h) nous serons en salle D2.104.

 

 

 

Pour le programme détaillé de la journée (et le plan d’accès), cliquez ici. Les résumés des différentes interventions de la matinée se trouvent ci-dessous.

L’entrée est libre dans la limite des places disponibles.

Nous nous réjouissons de vous accueillir et d’échanger avec vous le 18 octobre 2017,

Et n’hésitez pas à nous écrire pour toute question !

L’équipe SpatiaLittés
spatialittes@gmx.fr


Présentation

Comment les textes littéraires, scientifiques ou journalistiques fabriquent-t-ils du territoire ? Quelles relations la production scientifique – en particulier géographique – noue-t-elle avec le marketing territorial ? La littérature participe-t-elle désormais des narrations relevant d’une « économie de l’enrichissement » (Boltanski, Esquerre, 2017), permettant d’augmenter la valeur de certains sites ? Ou bien faut-il plutôt comprendre les textes littéraires comme des tentatives de détournement, de mise en doute des discours promotionnels attendus ? Telles sont les pistes de réflexion sur lesquelles la troisième journée d’études du laboratoire junior SpatiaLittés s’engage.

Dans le contexte contemporain compétitif de labellisation et de marchandisation croissante des territoires, écrire sur un espace donné est devenu un geste discursif, c’est-à-dire situé dans le « champ discursif » (Maingeneau, 1983) sur les territoires. Certes les discours touristiques sont les vecteurs les plus évidents des enjeux socio-politiques et économiques de cette mise en récit du territoire, mais toute écriture de l’espace participe de la constitution de ce champ discursif, qu’elle soit administrative, scientifique, journalistique, politique, ou littéraire (Lussault, 1993 ; Rosemberg, 1997). L’enjeu du geste d’écriture du territoire est ainsi indissociable de trois notions capitales et profondément liées : la visibilité, la valorisation, la marchandisation. C’est de manière résolument interdisciplinaire que la journée examine ces questions, réunissant chercheuses et chercheurs en géographie, en littérature, en philosophie, en sociologie, en sciences de l’information et de la communication, mais aussi acteurs et actrices impliqué.e.s sur le terrain.

Ce sont ainsi sur les multiples situations des textes sur le territoire que nous portons notre attention, en prenant en compte la dimension agonistique inhérente à tout champ discursif. Les productions des écrivains, des géographes, des journalistes, des militants, des citoyens, participent de la construction territoriale, toujours conflictuelle, toujours renégociée.

PROGRAMME

Matinée (8h40-12h30 — Amphi Descartes) :

  • « La coproduction des territoires et de la littérature : fabrique territoriale de la littérature et fabrique littéraire des territoires. Une perspective de géographie de la littérature ». Géraldine Molina, Chercheuse à ESO Nantes UMR CNRS 6590 :

« A partir d’une analyse de différents cas concrets, cette contribution propose d’explorer la co-fabrication de la littérature et des territoires. Pour aborder cette question trois mouvements de collaboration entre littérature et territoire seront analysés :

– la territorialisation de la littérature contemporaine : comment une certaine littérature se fabrique désormais dans et avec les territoires et leurs acteurs, impulsant ainsi des changements profonds des pratiques littéraires et délocalisant la fabrique littéraire dans des espaces particuliers (espaces publics ou à usages publics, espaces de relégation…).

– l’intensification de la fabrique littéraire des territoires : comment la littérature participe-t-elle à la production, à la transformation et à la gestion des territoires contemporains ? Comment les œuvres, fragments ou le patrimoine littéraire et les écrivains sont-ils intégrés dans la production concrète des espaces ? Comment les écrivains travaillent-ils en collaboration avec des professionnels de la fabrication et de la gestion territoriale pour produire un projet d’aménagement ou de requalification d’un espace existant ? Que nous apprend l’analyse de ces phénomènes de mobilisation de la littérature comme ressource de la fabrique territoriale sur les modalités actuelles de production des territoires contemporains, sur les recompositions professionnelles et des changements de modes de travail des fabricants des territoires mais aussi sur les modèles, les valeurs et paradoxes qui les sous-tendent ? Il s’agira d’interroger notamment les effets sociaux et spatiaux (attendus, prévus, mais aussi secondaires) de la mise en territoire de la fabrique littéraire (fabrique territoriale de la littérature) et de la fabrique littéraire des territoires ? Si le contexte de labellisation, de marchandisation et de mise en compétition croissante des territoires pourrait laisser penser à la montée en puissance d’une logique d’individuation et d’une singularisation forte des projets architecturaux et urbains, dans quelle mesure la reprise et la reproduction des « recettes » et la mobilisation récurrente de personnalités reconnues (architectes, écrivains, etc.) entraîne-t-elle une certaine normalisation des projets ? En outre, le passage d’une démarche initiale alternative, expérimentale, militante et transgressive des écrivains soucieux de publiciser et démocratiser la littérature, de l’inscrire et de la mettre en discussion dans les espaces publics à une phase de normalisation et de banalisation du recours à l’écrivain et à la littérature dans les démarches de production ou de transformation territoriale mérite notamment d’être questionné. Enfin, l’ambition de démocratisation de la littérature et d’articulation forte aux représentations et pratiques des habitants et usagers des territoires (affichées dans les projets par les fabricants et gestionnaires) peut être mise en perspective au regard des effets induits concrètement par la réalisation de ces projets. Ces réalisations s’avèrent en effet au final souvent perçues par certains groupes sociaux qui pratiquent régulièrement ces espaces comme une forme d’imposition d’une « haute culture » à laquelle ils se sentent parfois peu sensibles, voire, dont ils se sentent exclus.

– l’utilisation de la littérature par les « faiseurs de villes » : comment la littérature et l’écrivain sont-ils utilisés par comme des outils par les fabricants et gestionnaires des territoires dans des projets de fabrication, de requalification ou de mise en valeur et de marketing territorial ? Comment la littérature est-elle ainsi appropriée et utilisée, voire instrumentalisée par différents acteurs intervenant dans la fabrication et la gestion des villes et quel est le système d’acteurs engagés dans ce processus ? L’ambivalence et la réciprocité des rapports entre littérature, territoire et économie/marchandisation méritent également d’être interrogées. Si la littérature constitue en effet une ressource pour le territoire et ses acteurs et réciproquement pour l’écrivain et la littérature, leur mobilisation représente aussi des enjeux à la fois économiques et symboliques (« se faire connaître » et se « faire rémunérer »). La réalité de la condition sociale et économique de l’écrivain (Lahire 2006), ses stratégies sociales de positionnement (Bourdieu), et le rôle économique et symbolique des activités « para littéraires » (Molina, 2010) amènent en effet à déconstruire une représentation hagiographique et désincarnée de la littérature et de la condition littéraire. Enfin, si l’identité territoriale et sa singularité se présentent comme des constructions qui mobilisent la littérature comme ingrédient, la littérature apparaît également comme une construction sociale à laquelle participe différents processus d’appropriation, de mise en valeur, de processus sociaux de fabrication de la reconnaissance de l’œuvre et de l’écrivain à laquelle les acteurs de l’urbain participent. Cette logique de co-construction du capital symbolique entre la littérature et la territoire mérite donc d’être interrogée. C’est donc sous l’angle de la reconnaissance et de consécration mutuelle (Ricoeur ? 2004) que la contribution propose d’aborder cette question.

Cette contribution s’intégrera dans la perspective d’une « géographie de la littérature » (Brosseau, Cambron, Molina 2010; 2014b) qui s’intéresse aux processus de production, d’appropriation et d’utilisation de la littérature, aux lieux et aux systèmes d’acteurs qui leurs sont associés. Elle place ainsi au cœur de la réflexion le triptyque littérature-société-territoire, les processus de co-fabrication entre ces trois objets. Elle s’est particulièrement développée ces dix dernières années dans des travaux de géographie anglophones et francophones. Ces recherches ont permis de défricher les relations entre littérature et développement territorial. Elles ont commencé à questionner différents objets et phénomènes : les maisons d’écrivains, le tourisme littéraire, le patrimoine littéraire, les manifestations littéraires sur des territoires (salons, festivals, etc.), l’utilisation de la littérature dans le marketing territorial, les projets d’aménagements architecturaux littéraires (mobilisant le patrimoine littérature comme une ressource ou des écrivains comme des partenaires des « faiseurs de ville »), etc. Il s’agira de proposer une perspective réflexive sur ces pratiques de recherche qui ont émergé ces dernières années. Pourront ainsi être établis les portraits de la géographie de la littérature, des objets, des phénomènes et terrains qu’elle prend pour cœur de cible, de ses présupposés épistémologiques, heuristiques et théoriques. Occasion aussi de dresser un bilan des méthodologies utilisées. Au-delà des frontières de la discipline, quelles collaborations et quelles perspectives cette géographie de la littérature a-t-elle ouverts avec les champs de l’aménagement, de l’urbanisme et du développement local et de quels influences et apports extradisciplinaires, s’est-elle nourrie ? Comment s’est-elle par exemple inspirée de la sociologie de la littérature et de la critique littéraire qui se sont saisies plus prématurément qu’elle de la question des rapports entre société et littérature ? Comment s’en est-elle distinguée ? Quels sont les apports spécifiques des géographes sur le plan théorique et méthodologique pour explorer la relation entre littérature, société et territoire ? Quelles ont été les ressources mobilisées et les pierres d’achoppement rencontrées dans ce cheminement ? Quels perspectives et nouveaux chantiers pour la recherche ce bilan ouvre-t-il ? ».

  • « Raconter la ville ou raconter la région ? la question des échelles de la production du récit territorial en Italie ». Dorian Bernadou, Doctorant à Paris VII-Géographie-cités :

Cette contribution est issue d’une thèse en cours en géographie dans laquelle j’interroge le rôle du récit territorial officiel dans le processus de construction territoriale. Par récit territorial il faut entendre ici toute forme de narration qui met en scène un territoire, le représente, en faisant appel à des référents des plus variés (une histoire, des traditions, un patrimoine culturel mais aussi parfois des choix en termes de politiques publiques, des projets et des aspirations). Ce récit est un des éléments qui contribue à ce que Frédéric Tesson appelle le « réchauffement territorial » (Tesson, 2014), c’est-à-dire le processus par lequel les territoires « froids », ceux de l’administration et de l’action politique, instaurés pour les besoins de la gestion de l’État sont peu à peu investis de sens. Par l’intermédiaire de discours à vocation performative énoncés par les acteurs qui en ont la charge, ils sont ainsi rapprochés des territoires « chauds », ceux « nourris aux légendes, aux mythes et aux personnages qui les ont enchantés » et dont la légitimité tient justement à cette épaisseur culturelle et à la charge symbolique et imaginaire qu’ils portent. Le récit analysé ici est donc celui produit ou diffusé par les acteurs institutionnels, mais nous verrons qu’ils ne manquent pas de solliciter à différents niveaux la littérature et les écrivains.

À partir de l’étude d’une sélection de matériaux et de supports de la promotion territoriale officielle de la ville italienne de Bologne et de sa région administrative l’Émilie-Romagne, cette communication a pour but de questionner le rôle des échelles géographiques et politico-administratives dans la variété des mises en récit du territoire. L’urbain, la ville sont des objets classiques de réflexion dans le cadre des recherches sur la promotion territoriale mais la question se pose-t-elle dans les mêmes termes lorsqu’il s’agit de mettre en image et en mot une région ? Quels sont les items privilégiés pour dire la ville, que se passe-t-il lorsque cette dernière « sort brusquement de ses murs et adopte une dimension métropolitaine qui englobe des espaces qui lui étaient jusqu’alors extérieurs voire étrangers ? En quoi ces items différent-ils de ceux employés pour caractériser la région (administrative) soit l’échelon englobant plus large encore ?

 

  • « Les récits des urbanistes : scènes et configurations ». Yankel Fijalkow, Professeur à l’ENSAPVS :

« A partir de l’étude de scènes historiques comme les îlots insalubres parisiens (1850-1950) et la gentrification contemporaine des quartiers populaires de la capitale, nous exposerons quelques hypothèses de travail sur la gouvernance des opérations d’urbanisme et la production de récits et de contre récits. Les acteurs, les scenarii, les temporalités de ces scènes suscitent des questions sur la production de l’espace et le rôle des professionnels de la gestion des ressources urbaines dits « urbanistes »».

 

 

  • « Produire de la destination quand le territoire est en crise »Hécate Vergopoulos, Maître de Conférences au GRIPIC-CELSA

« Le tourisme est a priori affaire d’enchantement. Entre paysages idylliques et vestiges archéologique, la Grèce dispose justement de nombreux atouts qui gagnent de plus en plus massivement la faveur des touristes. Pourtant, le pays traverse l’une des pires crises économiques et sociales de son histoire au point qu’aujourd’hui plus d’un quart de la population active est au chômage (dont presque deux jeunes sur trois), un tiers des Grecs vit en dessous du seuil de pauvreté et depuis 2010, plus de 200 000 Grecs de moins de 35 ans sont partis vivre à l’étranger si bien qu’on ne compte plus, à travers le pays, les demeures laissées à l’abandon. Comment l’industrie touristique compose-t-elle avec cet envers du décor? Comment, plus particulièrement, les textes du tourisme (guides de voyage, campagnes publicitaires, etc.) font-ils avec cette réalité obstinée du quotidien grec qui n’a rien pour séduire? Quelle place finalement l’écriture de la destination laisse-t-elle au territoire? ».

 

 


Arpès-midi (à partir de 14h00, en salle D2.104) :

  • « La mise en valeur des bassins d’enrichissement : narration, espace et commerce ». Luc Boltanski (Directeur d’études à l’ EHESS) et Arnaud Esquerre (Chercheur au LESC)

Résumé à venir

  • « Écritures, territoire et marchandisation dans le conflit qui oppose les défenseurs du projet Center Parcs de Roybon à ses détracteurs ». Nicolas Bonanni et Henri Mora (Revue « De tout bois » éditée par les éditions « Le monde à l’envers »)

« À propos d’une étude prospective sur le tourisme en France à laquelle il participait, Gérard Brémond, président du groupe Pierre & Vacance-Center Parcs, évoquait en mars 2008 une des pistes de réflexion : « En termes d’aménagement du territoire […] 20% du territoire hexagonal accueille 80% des touristes. Ce qui veut dire qu’il y a un or vert : l’intérieur du territoire offre des potentialités énormes. » En rupture avec cette manière de voir le « territoire », de nombreux écrits d’opposants au projet de Center Parcs de Roybon ont largement été publiés depuis neuf ans que dure le conflit ».

  • « Récits et contre-récits du territoire de Bure dans le conflit de la gestion des déchets nucléaires ». Vincent Carlino, Doctorant à l’Université de Lorraine-CREM

Résumé à venir

  • « En Friche »Camille-Olivier Verseau, professeur agrégé de philosophie, militant au sein du collectif « Fête la Friche », président de l’association Labomob

« L’expression caractérise un site dont la fonctionnalité et la productivité sont provisoirement, souvent durablement, interrompues. Elle se rapporte par ailleurs à ce que chacun méconnaît comme une disposition, une aspiration qu’il pourrait cultiver, qu’il délaisse enfouie au fond de soi. Il arrive que les deux acceptions se retrouvent, ou même s’entrechoquent, dans la rencontre entre un éveil à ses propres ressources et un espace objectivement circonscrit comme « délaissé urbain » par contraste avec son environnement immédiat. Autrement dit, les friches sont des lieux de flânerie, des terrains d’aventure, où le récit subjectif court la chance d’une nouvelle écriture par la mise au contact d’un espace dont l’histoire semble elle-même suspendue. Ajoutons à cela une prise de conscience collective de la possibilité de questionner à la fois la configuration d’une ville et la préfiguration par celle-ci des destins individuels. Alors deviennent palpables les tensions entre le discours promotionnel en faveur d’un « aménagement du territoire » et les narrations inspirées par un droit à la ville intuitivement exercé, bientôt explicitement revendiqué. Une enquête de terrain : la « friche Saint-Sauveur » à Lille, soit un délaissé ferroviaire de 23 hectares en cœur de ville ».

  • «« Le terreau des combats à venir » : épopées de la ZAD de Notre-Dame des Landes ». Sylvia Chassaing, Doctorante à l’Université Paris 8

Résumé à venir