Journée d’études (7 décembre 2016)

affiche-je1-spatialittesNotre première journée d’études, intitulée « L’espace et ses textes : de la multiplication à l’hybridation », se déroulera à Lyon, à l‘Institut Français de l’Education (Accès par l’Institut Française de l’Education : 19, allée de Fontenay, 69007 Lyon ou par l’ENS de Lyon — Site Descartes : 15, parvis René Descartes, 69007 Lyon), le 7 décembre 2016.

Vous trouverez ci-joint le programme avec le résumé de la journée, la liste des présentations et le plan d’accès. L’entrée est libre dans la limite des places disponibles.

Nous avons souhaité croiser des propositions épistémologiques et des réflexions qui s’appuient sur des travaux de terrain ; des études issues de disciplines différentes ; des regards de jeunes chercheurs et de chercheurs confirmés.

Ci-dessous vous trouverez les résumés des différentes interventions.

Nous nous réjouissons de vous accueillir le 7 décembre 2016,

L’équipe SpatiaLittés


Résumés des différentes présentations

  • Écritures et réécritures du terrain

Écrire le terrain, un continuum entre cosmétique et cosmogénèse, Yann Calbérac (MCF en géographie, Université de Reims Champagne-Ardenne, EA 2076 Habiter) :

Yann Calbérac : « L’étude des pratiques d’écriture des géographes permet de mettre en évidence le continuum qui existe entre le terrain (c’est-à-dire la collecte de données in situ) et la connaissance formalisée sous une forme écrite (l’article, l’ouvrage, la thèse…). Cette communication entend donc éclairer ce qui se joue tout au long de processus de (ré)écriture qui consiste autant en une mise en ordre (cosmétique) qu’en la création d’un monde (cosmogénèse) ».

Entre recherche historique et journalisme. L’expérience de la difficulté née de l’hybridation comme forme de réécriture créatrice. L’exemple de l’histoire des bateliers et radeliers sur la rivière d’Ain, Patrick Dalmaz (Professeur d’histoire retraité de l’Education nationale, auteur d’ouvrages d’histoire et correspondant de presse au quotidien régional Le Progrès) :

Patrick Dalmaz : « A la croisée des modes de diffusion scientifiques et journalistiques : l’hybridation des savoirs savants et des savoirs professionnels de l’intermédialité.

Réflexion sur la récupération des valeurs incontournables qui fondent et accompagnent l’exercice du reportage et celui de la recherche historique. Dans un cas comme dans l’autre, la méthode ne relève pas d’un processus mécanique au rendement infaillible. Journaliste et historien brassent des savoirs hétérogènes, assemblés en métissage, loin d’une écriture codifiée et crispée.

L’analyse scientifique admet la subjectivité comme fondement empirique d’un savoir à partir du moment où le rédacteur adopte une méthodologie rigoureuse et adaptée. C’est l’historien qui impose un événement ou un homme devenus « historiques ». C’est le journaliste qui apporte la qualification d’un événement par la tournure de sa démonstration.

L’exemple de l’analyse des activités fluviales de transport et de flottage sur la rivière d’Ain met en lumière la double expérience des approches journalistiques et historiques. Dans les deux cas, le rédacteur aura soin de fixer les limites spatio-temporelles de son étude et produira des conclusions nées de l’affirmation de la probabilité de l’objectivité de sa réflexion personnelle ».

  • Les enjeux de la réception

Questions d’écriture et esthétique de la réception, Serge Bourgeat (Enseignant d’histoire-géographie, docteur en géographie et auteur de manuels scolaires et universitaires) :

Les organisateurs : Serge Bourgeat évoquera « deux types d’écriture qui peuvent être pensés en première approche comme le contraire l’un de l’autre : (1) l’écriture d’une thèse, écriture « scientifique » par excellence, puisque son but même, en tant qu’examen, est de montrer que l’on est reconnu comme « scientifique » par la communauté des géographes, (2) l’écriture des manuels scolaires comme  une écriture de simplification didactique et qui peut être au contraire considérée comme « peu scientifique » / « de vulgarisation » / destinée à des « néophytes » / voire « à but commercial », pour reprendre les termes parfois peu amènes qui sont formulés dans la communauté ». Il développera deux questions principales au cours de sa présentation : celle du « statut de l’écrivant et de sa volonté de toucher un public particulier a des conséquences sur l’écriture du texte » et celle de genre et d’esthétique de la réception.

Rendre publique une enquête sur l’espace public, Elsa Vivant (MCF en urbanisme, Université Parts Est Marne La Vallée, Latts) :

Elsa Vivant : « Comment la création d’un établissement culturel peut-elle contribuer à produire l’espace public ? Telle était la question posée par l’établissement culturel Médicis Clichy Montfermeil, qui a été le point de départ d’une enquête menée avec deux artistes/chercheurs sur le territoire saturé d’enquêtes, de représentations et de préjugés de Clichy-Montfermeil. L’enjeu de la constitution du public de cette enquête est vite apparu comme centrale pour déplacer la commande. Dit autrement, la question des formes de restitution de l’enquête est devenue en soi l’enjeu de l’enquête. Comment rendre compte de la saturation d’informations (contradictoires) ? Qui raconte l’histoire de ce territoire ? Comment l’inscription des faits, en apparence neutre, contribue-t-elle à leur donner un sens ? »

  • L’écriture du « je » in situ

La géographie précaire de Nicolas Bouvier, Liouba Bischoff-Kompanietz (Professeur agrégée de lettre modernes, doctorante en Langues et littérature française à l’Université Jean Moulin Lyon 3) :

Liouba Bischoff-Kompanietz : « L’œuvre de Nicolas Bouvier propose une relation originale de l’homme à la Terre, mais elle ne vise pas à l’élaboration d’un savoir géographique stable. Loin des représentations abstraites et des approches quantitatives, Nicolas Bouvier se fie aux leçons chaotiques de la route et propose une approche du monde au ras du sol plutôt qu’une vision surplombante, ce qui explique son grand succès auprès de la géographie humaniste. L’approche phénoménologique de nouveaux paysages conduit à une déstabilisation des concepts géographiques : loin de figer la perception de l’espace, la description suscite des interrogations et du dépaysement. L’Usage du monde et Le Poisson-Scorpion s’apparentent d’ailleurs à des récits d’apprentissage où le narrateur éprouve tour à tour la diversité des modes d’habiter, la continuité continentale et l’insularité. La précarité de cette géographie à visage humain tient également à la fragilité de la frontière entre le dehors et le dedans, sous-tendue par une dialectique du vide et du plein : les paysages incomplets sont le reflet d’une subjectivité elle-même sujette à la disparition, là où certains lieux permettent une adéquation parfaite de l’être au monde ».

« Time doesn’t move when I’m alone ». Retour sur quelques expériences poétiques des veilleurs de nuit à Nairobi, Jean-Baptiste Lanne (Doctorant en géographie à l’Université Bordeaux Montaigne)

Jean-Baptiste Lanne : « Ma communication propose d’interroger la pertinence de l’écriture poétique (envisagée comme pratique individuelle, puis collective) comme méthode d’enquête complémentaire à l’entretien semi-directif, en géographie. J’ai eu récemment l’occasion d’expérimenter cette méthode lors d’un terrain à Nairobi (février-juin 2016) auprès des gardiens de sécurité, la plupart travailleurs de nuit, assignés aux portes des résidences fermées dans les quartiers de classes moyennes et aisées. Au sortir de cette expérience, je tente de définir les enjeux de positionnement qui président à ce type d’exercice (de quelle poésie parle-t-on ? que signifie-t-elle pour eux ? pour moi ?), ainsi que la place à accorder aux productions poétiques dans la construction d’un savoir scientifique ».

A CONFIRMER Jean-Christophe Bailly et le dépaysement, Isabelle Lefort (PU en géographie, Université Lumière Lyon 2, UMR 5600 EVS)


Voici le programme détaillé de la journée d’études :

programme-je1_spatialittes